Jeudi 19 septembre 2019 - 17:50
Nov 112011
 
Jean-Michel Saive était vendredi à Virton – Villette.  Son comportement en avait agacé plusieurs. L’ancien numéro un mondial réagit.

« Je suis en stage à Lanzarote et on me contacte pour dire que je n’aurais pas eu un bon comportement vendredi à Virton. Chaque fois qu’on me sonne pour aller jouer à Virton et que je sais y aller, j’y vais. Il faut savoir que j’étais à Milan même le matin pour une réunion et j’ai quand même été à Virton. J’ai joué mon deuxième match alors que c’était 1-4 et que j’aurais pu m’abstenir. Je l’ai fais pour faire plaisir encore une fois. Avec Mehmedovic, on a remis un point car la balle était mouillée et le public a sifflé.

Et puis, on a joué sur du béton alors que d’habitude on évolue sur du Taraflex. A 42 ans, cela se paie cash, j’ai mal au dos et j’ai raté trois jours lors de ce stage. SI on faisait évoluer le Real Madrid sur un terrain en cendrée, je crois qu’il changerait toute l’équipe à la pause si le score était acquis. Après, on me reproche de ne pas rester, j’étais levé depuis six heures au matin et je devais encore rentrer.

Si je vais encore venir à Virton? Je ne lance pas d’ultimatum, mais c’est hallucinant. J’ai toujours eu de bons contacts avec les dirigeants virtonais. J’ai amené Bratanov et d’autres. Je ne comprends pas. »

En stage à Lanzarote, Jean-Michel Saive ne veut pas polémiquer, juste donner son point de vue.

Source : lavenir.net

Jean-Michel Saive: « J’ignore si Londres seront mes derniers Jeux »

« J’ai bientôt 42 ans (le 17 novembre, ndlr) et donc il est logique que je dise que la chance est grande que ce soit le cas »

LANZAROTE Un peu plus de huit mois avant le rendez-vous olympique, une délégation d’athlètes de haut niveau belges participent au traditionnel stage préolympique du COIB (Comité Olympique et Interfédéral belge) à Lanzarote, dans les Canaries. Parmi eux, l’inébranlable pongiste Jean-Michel Saive qui participera à Londres à ses septièmes JO consécutifs.

« La première question qu’on me pose toujours, est si ce sont mes derniers Jeux (rires). Franchement, je n’en sais rien. J’ai bientôt 42 ans (le 17 novembre, ndlr) et donc il est logique que je dise que la chance est grande que ce soit le cas. Mais je pensais déjà à cela en 2000 à Sydney. Il y a trois ans à Pékin, j’ai pleuré après la cérémonie de clôture parce que je pensais qu’il s’agissait de mes derniers Jeux. »

Malgré les titres et le temps qui passe, Saive parle toujours avec autant de passion de son sport. « J‘aime toujours énormément le jeu. Quand je suis en vacances et que je ne peux pas jouer pendant trois jours, j’ai du mal. Je suis toujours persuadé que je suis en mesure de réaliser de grandes performances. Je suis parfois frustré quand je remarque que mon corps n’en veut plus autant. Mais l’heure n’est pas encore venue où mon corps dit ‘assez’. J’ai toujours besoin du sport. »

Etre assuré de sa présence à Londres est une apaisement. « C‘est un avantage car cela m’évite pas mal de stress. La prochaine étape est de tout faire pour être le plus performant possible. Contrairement aux Jeux précédents, il ne peut y avoir que deux Chinois, donc la pression sur leurs épaules pour ne pas échouer sera énorme. Timo Boll est au dessus du lot en Europe mais ensuite il y a 30 ou 40 joueurs qui peuvent créer la surprise. Je devrai saisir ma chance quand elle se présentera. »

Source : dhnet.be